lundi, 18 mars 2013 13:36

Ibis Marcory

Jusqu'à l'ouverture  de l'Hôtel Onomo en 2012, c'était le plus grand hôtel proche de l'aéroport. Il reste une bonne option pour ceux de passage, avec un niveau de confort raisonnable après la récente remise en état plus que nécessaire. L'hôtel est situé sur le boulevard principal de l'aéroport et à proximité de la zone 4 qui abrite des espaces de la vie nocturne que préfèrent les expatriés. Attention à ne pas confondre avec l'autre hôtel Ibis, qui se trouve dans le quartier du Plateau.
Publié dans Hotels
mercredi, 16 janvier 2013 11:52

Kaiten

Ce restaurant japonais moderne est fortement recommandé avec un large choix de plats, y compris les suschis, mais aussi des plats occidentaux pour ceux qui veulent quelque chose d’un peu moins exotique. La décoration est superbe, cascade et espace de cuisine ouvert.

Publié dans Restaurants
vendredi, 26 octobre 2012 08:23

Le Waimea

De ce côté-ci des ponts, le  Waïmea « y a pas son deux », puisqu’il s’agit de l’unique et meilleure crêperie de la zone 4. Mais ce n’est pas parce que l’établissement est le seul dans le coin à proposer ces spécialités bretonnes et normandes qu’il n’a pas de mérite, bien au contraire ! Le Waimea, c’est d’abord une âme et une ambiance que l’on doit à Yoann, pour la gestion impeccable de son restaurant, et Virginie, pour la décoration soignée et délicate des lieux (le jardin de la villa abrite d’ailleurs un magasin de décoration où, en plus des tableaux de différents artistes ivoiriens, des lampes designées par Garance et de divers objets décoratifs artisanaux provenant de plusieurs pays d’Afrique, on peut trouver les créations de Virginie). Dans un cadre aux allures de cocon, tout en douceur et couleurs pastels, on dégustera, en plus des galettes classiques, des crêpes qui ont fait escale en Bretagne et en Normandie bien sûr, mais aussi en Savoie, en Auvergne, et même jusqu’en Thaïlande, pour les amateurs de saveurs inédites. Gage de la qualité de l’établissement, les autres plats proposés sur la carte, comme les épinards à la crème, les carpaccios ou encore le steak tartare, constitué de fines lamelles de bœuf fondant et non de l’habituel steak haché acheté en grande surface, sont également délicieux et ne vous feront pas regretter de ne pas avoir opté pour une crêpe ! Présentation soignée, accueil personnalisé et service aux petits oignons ajoutent encore à l’attrait de ce restaurant pas comme les autres qui pourtant, n’est jamais bondé. À découvrir de toute urgence si vous ne connaissez pas déjà !

Publié dans Restaurants
mercredi, 29 août 2012 08:48

La Boule Bleue

À mille lieues des nuits agitées du Bidule, Solange et Gilbert ont eu l'idée de lancer un nouveau concept à Abidjan : un bar à thème autour de la pétanque, en forme de clin d'œil à Marseille, ville natale de Gilbert. Ouvert en juin 2010, cet agréable établissement renoue avec l'ambiance familiale et chaleureuse qui fut un temps la marque de fabrique du Bidule, avant que celui-ci ne devienne l'un des bars les plus branchés de la Zone 4. Une philosophie que résume parfaitement la devise du Fanny lounge : « Bienvenue chez vous ».

Passé le petit portail en bois, vous aurez la surprise de découvrir un grand jardin illuminé, cloisonné en divers espaces : le bar et la jolie terrasse extérieure, ainsi que les trois pistes de pétanque gracieusement mises à la disposition du client si vous choisissez le plein air, ou bien la fraîcheur intimiste du lounge pour ceux qui préfèrent le climatisé.

Les tons bleus et violets, réputés pour leurs vertus apaisantes, règnent en maîtres en ces lieux empreints d'une paisible intimité. Mais l'endroit peut aussi s'animer soudainement en fonction de l'humeur collective du moment, ou au gré d'une soirée thématique. Ici, la clientèle, principalement constituée d'habitués et d'initiés, impulse l'ambiance.

Jamais à court d'un mot aimable ou d'un sourire, Solange et Gilbert, secondés par Sandrine, la chef de salle, ont indéniablement l'art et la manière d'accueillir et de fidéliser leur clientèle. Quant à la carte, à la fois simple et originale, elle est aussi soignée que la décoration, et la cuisine, scrupuleusement supervisée par Solange qui se fait fort de mettre la main à la pâte.

Outres les vins, bières et liqueurs, le bar propose divers cocktails à base de champagne, rhum ou curaçao, ainsi que des softs originaux (pulpe de concombre, aneth, fenouil, jus de pamplemousse), à partir de 3 000 FCFA. Côté gastronomie, on alterne entre snacks (bruschettas, hamburgers, nuggets de poulet, planchas et plateaux de charcuterie ou de fromage), gastronomie typique du terroir français (tripes, andouillette, boudin blanc, escargots de Bourgogne, entrecôte ou tournedos), carpaccios, et salades et soupes lights ou gourmandes. Roi des douceurs pour finir sur une note gourmande, l'exquis fondant chocolat au beurre salé de la patronne. Bref : difficile de vous recommander un met en particulier, la cuisine de la Boule bleue se distinguant par une constance et une finesse égales, même si l'on souhaiterait parfois qu'il y en ait un peu plus dans l'assiette.

On aime : l'accueil et le cadre, les tapas qui accompagnent systématiquement les boissons, le cloisonnement de l'espace, le petit côté « chacun fait sa vie », la présence aimable et maternelle de Solange et l'affabilité de Gilbert, les soirées thématiques et conceptuelles (karaoké, match de pétanque, soirée blanche, crêpes, etc.), les vendredis gastronomie autour de l'esprit pétanque. On aimerait : des assiettes un tout petit peu plus garnies pour un meilleur rapport quantité/prix...

Publié dans Restaurants
jeudi, 05 avril 2012 14:47

Le Montparnasse

Dans un cadre tout en boiseries et en lumières tamisées reproduisant l’ambiance chaleureuse et Art Déco de certaines brasseries parisiennes (notamment le restaurant éponyme situé boulevard du Montparnasse), cet établissement constitue l’un des rendez-vous privilégiés du milieu expatrié et de la bourgeoisie ivoirienne qui viennent y déguster une cuisine typiquement française dans une ambiance feutrée et classe.

C’est également le QG des hommes d’affaires de la place, qui constituent une bonne partie de la clientèle d’habitués.
Au sein du Montparnasse, cohabitent une brasserie et une trattoria. De septembre à juin, le restaurant propose une spécialité de fruits de mer, ainsi qu’une carte amplement fournie en pièces de boucherie-charcuterie (tête de veau, rognons, andouillette de Troyes, steak Chateaubriand, jarret de porc…) pour un prix maximal de 13 500 FCFA.
Malgré ses tarifs parfois un peu prohibitifs, il y a beaucoup de bien à dire du Montparnasse qui reste une référence incontournable de la restauration abidjanaise : une carte des suggestions variée et régulièrement renouvelée, proposant des plats aux saveurs originales et raffinées, l’apéritif, toujours offert par Pascale, gérante de l’établissement, un service impeccable et un temps d’attente relativement limité. Idéal pour les repas d’affaires, bien sûr, mais aussi pour les grandes occasions ou encore si vous voulez vous faire un gros plaisir gourmand.

Publié dans Restaurants

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Contact

information1 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
user1 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
event Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

A propos

C’est par amour pour la vie à Abidjan, l’une des villes les plus bouillantes d’Afrique que nous avons conçu Abidjanito
La suite...